15 janvier 2006

Autre regard

La matière n'est pas au centre, elle n'est pas l'essentiel. Le halot de lumière prend toute son importance car il est le plaisir réel de n'imposer aucune limite. Se délivrer de son fardeau, c'est commencer un chemin imprévisible. Route à parcourir comme on découvre une fresque à déchiffrer. Impossible d'appréhender la globalité en un seul regard.Mais à tout instant, les détails donnent la forme et le fond.  Alors, on y revient chaque jour qui passe pour s'imprégner du sens profond de tout cela.
Posté par bergag à 14:01 - Commentaires [2] - Permalien [#]

14 janvier 2006

Au milieu de ma forêt

  Un instant à peine, à bout de souffle, au bout de tout mon être, enfin sur la fin d’un parcours que je trouve démesuré…Comme au détour d’un chemin vert qui saisit ma main et me dit "ça va comme tu l’as toujours rêvé"…Que l’insouciance est légère lorsqu’elle se couvre d’un sentiment de libération, mais tout le sens est parcimonieusement imbriqué, me semble-t-il.Comme à l’orée du sommeil, lorsqu’il me quitte alors qu’il n’est resté que si peu de temps sous mes paupières, comme dans ces jours qui se montrent... [Lire la suite]
Posté par bergag à 00:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 janvier 2006

Presque deux heures...

Je suis comme les enfants : je ne tiens pas mes promesses d’hier, seulement celles d’aujourd’hui.Je reviens toujours là où je suis fidèle, car je me sens en sécurité.Je ne joue pas dans les apparences, je reste naïve et crédule, sincère et emportée dans mes élans qui me mènent invariablement vers ce que je suis entièrement.Je ne me refuserai jamais le plaisir d’être dévorée des yeux, sur mes phrases, sur mes courbes. Sur mon quotidien, par delà mon image.Dans toutes ces ondes imperceptibles, c’est la... [Lire la suite]
Posté par bergag à 00:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 janvier 2006

Répit ? Halte ? Sauvegarde ?

J'ai envie, quelques temps, de délaisser ma quarantaine qui approche.Tant de chemins qui s'ouvrent à moi. Je ne sais plus trop où bercer mes pensées. Dans ce gris d'hiver qui est maintenant bien installé ? Dans le lointain printemps qui viendra sur moi aussi sûrement que les jours meilleurs ?Rien n'est figé. Et puis je dis ça, mais même si j'aménage un autre espace, même si je déserte pour aller vivre ailleurs, je reviendrai toujours ici.Faut-il expliquer plus les mots qui défilent sous mes yeux ? Je les ressens ainsi. Je les... [Lire la suite]
Posté par bergag à 02:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 janvier 2006

Mouvements

Tranquillement, dans des cheveux de paille, comme une même couleur de regard, semblable, mais pas encore croisé.Patience de la seconde effrontée, non comptée.Demain est à moi, je m'en suis emparée.
Posté par bergag à 00:58 - Commentaires [7] - Permalien [#]
01 janvier 2006

Et voilà !!!

On y est ! Alors une bonne année à tous et à toutes, avec des pensées particulières et choisies soigneusement, comme ces petits coeurs de trèfles qui semblent se cacher derrière les brins d'herbe, pour chacun de mes lecteurs connus ...
Posté par bergag à 14:54 - Commentaires [7] - Permalien [#]

31 décembre 2005

Réveillon vert...

Encore quelques heures et on sera de l'autre côté, dans une nouvelle année.Joyeux réveillon à tous et toutes, sous le signe du plaisir et de l'insouciance...
Posté par bergag à 14:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 décembre 2005

Espace de givre

Tout le magique est dans le réel.Je commence à regarder l'espace comme réellement mes yeux le perçoivent.Je suis parfois en dedans, quelque fois dans une toute timidité, puis très souvent en extérieur. Sans compter ni calculer.Et tout continue.Pas de gouffre sans fond. Juste le chuchotement de la végétation qui joue avec le brouillard givrant, la neige légère de la région, le vent qui souffle sans effort mais sans blessure.Plaisir de goûter et de se régaler du subtil infini.
Posté par bergag à 22:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 décembre 2005

A tout moment...

Comme ça, sans prévenir, bien qu'attendu, il a surgi. Rien ne pouvait présager d'avant, après nous allions le prendre.Encore ce soir... Comme une ouverture sur le monde qui avance, à reprendre espoir même si la douleur me tiraille en tout sens. Je ne sais pas demain. Je ne connais plus rien de ce jour. Je trouve tout absurde. Et au milieu de cette folie, il y a encore une réponse.Il n'y a pas de vide d'amour, sinon il n'y aurai plus de sens à rien.
Posté par bergag à 00:40 - Commentaires [4] - Permalien [#]
26 décembre 2005

Fenêtre noire

  Inquiétude du sombre qui n'en finit pas. Impossible de l'enfance qui n'a pas d'autre choix que de se laisser porter. Naïveté du regard qui entrevoit la lumière sur les lisières. Le merveilleux a-t-il le pouvoir de nous libérer de toutes nos frayeurs ensevelies ?
Posté par bergag à 17:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]