28 novembre 2005

Profondeur...

  Nuit sans fond. Une de plus. Elles se rajoutent et me font encore plus exister. Mais qu'il est difficile de se retrouver face à soi-même. Il est là, le combat de Titan. Soi contre soi. Pas de miroir magique pour répéter ce que l'on voudrait envers et contre tous. On est simple et mortel. On a peur et on déboule si facilement dans ces ombres sans fin. Alors c'est magique de voler à l'automne glacial quelques gouttes d'élixir posées là sur des tiges encore vigoureuses. Et on peut se dire, je n'aurais jamais dû...... [Lire la suite]
Posté par bergag à 01:04 - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 novembre 2005

Eau profonde

Evasion imparfaite dans ce gouffre si sombre de la connaissance de moi-même. Je regarde étrangère la dentelle rouge sombre qui ourle le bord de mon sein.Minuscule emprunte de la vérité mordante, pourtant en suspend encore sur des jours qui se freinent et ne m'autorisent rien d'autre que d'avancer la tête haute.Je m'étonne de ce courage presque insouciant. Je ne sais pas où j'ai appris à lutter, pourtant telle une automate bien humaine, je me bats. Eperdument. Sans rien perdre de ma lumière renaissante.Entre flocons de neige et larmes... [Lire la suite]
Posté par bergag à 00:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 novembre 2005

Tout au fond de moi

Infime partie de féminité, envolée ou volée dans cette lumière sable, qui répand pourtant dans son sillon une terreur prenante.Brouiller les pistes sans entendre les mots pour ne pas imaginer les maux.Qu'est-ce qui fait le plus de mal ? L'idée de la douleur, l'image qu'elle laisse sur le visage ou tout au fond des yeux ? Ou la marque qu'elle va diffuser sur de longues minutes interminables.Je m'accroche à l'épicentre de cette lumière pour ne pas basculer trop facilement dans l'affolement incontrôlé du noir.Je ne l'avais pas vu cet... [Lire la suite]
Posté par bergag à 01:10 - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 novembre 2005

A la dérobade...

Ce que l'on voit au travers des feuillages ressemble parfois à un subtil inversement. Tout devient difficile si l'on cherche la direction des questions. On s'y pose, on s'y accroche et on creuse un fossé presque infranchissable. Pourtant sur la berge opposée, il suffit de tendre le doigt. Garder à l'esprit, doucement glissé contre son âme, qu'on a le pouvoir d'être soi.Un jeu de miroir intérieur, sans fin, dans un infini multiplié.
Posté par bergag à 10:56 - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 novembre 2005

En lisière de mon rêve...

Venir comme ça, souvent, en début d'après-midi, parce qu'on a le temps de se laisser aller dans la ronde des saisons.Deviner aussi l'affrontement des deux mondes, l'aquatique placide qui recueille, quoi qu'il arrive, l'image de l'autre, le terrestre, talentueux comme un lion audacieux.Il est précieux de se promener dans l'air frais quand le soleil ne laisse aucune ombre.
Posté par bergag à 00:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2005

Un grain de poussière

Perdue comme une enfant, dans l'oeil du firmament, prisonnière d'un courant d'air...Je ne suis qu'un grain de poussière...C'est peut-être comme ça, en tout cas, ça en a tout l'air.C'est étrange comme parfois les souvenirs nous ramènent tellement loin en arrière. Un jour de départ, une fin de mois de vacances passé avec des "frappas-dingues" de musique. On avait parcouru les rues de la ville avec nos instruments, joué comme des dératés pour le plaisir de nous épater mais aussi dans un partage simple de gamins qui prennent... [Lire la suite]
Posté par bergag à 00:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 novembre 2005

Difficile

Il n’y a pas de photographie dans mon appareil. Je n’ai pas réussi à en capturer. Sans doute parce qu’au fond de moi, la radiographie est trop intense, source de vérité que je veux pouvoir changer, pour l’affronter et à nouveau me sentir légère. Je suis sur une savonnette. Je file à toute allure. Je ne veux rien de ce compte à rebours qui me transporte sur une autre planète, ou serai-ce une autre galaxie ? Mais je veux bien l’avouer : j’ai peur, terriblement. Je suis terrorisée. Je me répète sans arrêt que je ne dois... [Lire la suite]
Posté par bergag à 21:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2005

Si seulement il ne s'agissait pas de moi...

La vie tourbillonne, en forme de feuille ou sur une lumière irréelle. J'ai envie de parler de ces visages que je croise le soir en sortant du travail. Souvent, les larmes ont sillonné les regards, les yeux sont sans éclats, résignés dans des douleurs imposées. Je frôle ces corps en sentant tellement la révolte qui les étreint. Ils sont famille proche ou ami rappelé, ils sont père ou enfants trop tôt arrachés à leurs illusions. Ou simplement l'acteur principal en désarroi à sa peur panique de ne pouvoir lutter contre une... [Lire la suite]
Posté par bergag à 23:29 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 novembre 2005

Il y a un an...

Déjà tout ce temps.Et tout là bas, en arrière, comme j'étais frileuse de n'être pas tout à fait moi même.Je comprends dans ces instants difficiles qu'il était bien plus simple de rester dans l'ombre, d'accepter les illusions, de faire semblant d'être une autre. Car, dans ces secondes qui m'égrainent doucement, même si je ne veux pas revenir en arrière, j'ai le coeur en mille morceaux de devoir entreprendre ce voyage qui me ramenera à moi.Mais j'ai le vent en poupe de savoir qu'il sera souvent devant moi des fontaines limpides, des... [Lire la suite]
Posté par bergag à 00:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 octobre 2005

Lumière devant moi

Au travers de tout cela, j’entends la pluie qui tombe sur le toit. Nostalgie de ces gouttes qui revêtent ce soir une certaine douceur, dans un tournant pour une deuxième vie. Il y a bien la fillette de dix ans qui se bat contre des évidences, elle se révolte et en devient cassante, je lui laisse prise sur son univers qui se dilapide sans son consentement. Il y a aussi le garçonnet qui sourit au-dedans de ses grimaces, pour plaire à qui, à quoi, nous aurons tout le temps d’en parler. Il reste les pièces qui se sont... [Lire la suite]
Posté par bergag à 21:12 - Commentaires [2] - Permalien [#]